Aller au contenu principal
En hommage à

Lancelot Dandelot

Tribune de Genève
Tribune de Genève
Tribune de Genève
Tribune de Genève

Condoléances

En mémoire de
Lancelot Dandelot
au nom de Nasrine Borbor

Toutes mes sincères condoléances pour votre douloureuse perte. Je vous prie de bien vouloir recevoir ma profonde sympathie et l’expression de ma peine: Lancelot était un jeune homme intelligent, sensible et très attachant. Lancelot m’avait exprimé sa profonde gratitude, sa fierté et son amour pour l’aide l’amour et le soutien inestimable que sa famille lui avait prodigué dans les périodes difficiles qu’il avait traversé. Lancelot laisse un immense vide même pour ceux qui l’ont finalement peu fréquenté mais beaucoup apprécié. Avec mes meilleurs messages. Nasrine Borbor

En mémoire de
Lancelot Dandelot
au nom de André Berset

Je vous prie de recevoir ma profonde sympathie. J'ai beaucoup de peine ayant collaboré de
nombreuses fois avec Lancelot en audiences prud'hommes. Son empathie, sa gentillesse et, surtout, le respect de ma fonction comme huissier resteront à jamais gravés dans mon cœur.
Parti, hélas, trop tôt, qu'il repose en paix

En mémoire de
Lancelot Dandelot
au nom de Neslihan Ozgur Kurt

Toutes mes condoléances à la famille et amis.
J’ai passé quatre inoubliables années avec ce très cher Lancelot dans la même classe de grec. Un garçon très intelligent avec beaucoup de cœur et de charme. Son souvenir restera gravé dans ma mémoire qu’il repose en paix et qu’il puisse veiller sur chacun de nous 🌹

Amitiés sincères
Neslihan

En mémoire de
Lancelot Dandelot
au nom de Emmanuelle BOGET

Chère famille, je vous adresse toute ma sympathie.
J'ai siégé plusieurs fois avec Lancelot aux prud'hommes, je garderai le souvenir d'un jeune homme très gentil, déterminé et passionné par son métier.
Mes prières vous accompagnent, Lancelot est parti trop tôt mais il est auprès du Seigneur et continuera de veiller sur ceux qu'il aime.

En mémoire de
Lancelot Dandelot
au nom de Jean-Paul Lambert

Toutes mes condoléances à la famille de Lancelot, que je n’ai pas eu le privilège de connaître, mais que j’ai bien connu son père Maurice, avec qui nous avons fait les études pédagogiques.