Vivre son deuil

La mort d'un enfant

La disparition d’un enfant est considérée comme une injustice intolérable dans notre société. Les émotions ressenties sont décuplées et les parents ressentent une terrible culpabilité. Ce sentiment sera encore plus violent si l’enfant s’est suicidé.

Au deuil de l’enfant s’ajoute celui des rêves et des projets qu’il portait et qu’il incarnait pour ses parents

Les parents affrontent le même deuil, mais chacun va devoir le vivre à sa manière, à son rythme. D’où des incompréhensions, des déceptions, voire des conflits. Certains couples n’y résistent pas.

Quand la mort survient autour de la naissance, les maternités offrent la possibilité aux parents de prendre congé de leur enfant de la manière qu’ils souhaitent. Des cérémonies familiales peuvent notamment être organisées.

Si vous traversez cette épreuve et que vous avez besoin d’aide, adressez-vous à Caritas Genève qui propose un accompagnement aux parents ayant perdu un enfant pendant la grossesse ou à la naissance. Contact préalable nécessaire auprès de:

Marthe Hofstetter, tél. 022 784 01 69

Dominique Durafour, tél. 079 242 78 28

Vous pouvez également contacter l’ AGAPA (Association des groupes d’accompagnement Pertes de grossesse Abus-maltraitances-négligences) Suisse romande qui organise des groupes de parole autour de la mort in utero, des avortements et des interruptions de grossesse médicales. Renseignements au siège de l’AGAPA tél 026/424.02.22 ou sur le site

http://www.agapa-suisseromande.ch/2012/francais/prestations/groupes-de-parole.php

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire