En hommage à...

Alexis Paul BALLY

 

Avis de décès

printpdf

24 Heures le 25 juin 2020

VQ Avis Bally Alexis

printpdf

24 Heures le 25 juin 2020

VQ Avis Bally Alexis Paul

printpdf

24 Heures le 25 juin 2020

VQ Societes Bally Alexis LA MUNICIPALIT311 ET LE CONSEIL COMMUNAL DE PULLY) Tj/F1 9.5 Tf-31.52 -12.91 Td(ont le p351nible devoir de faire part du d\351c\350s survenu le 21 juin de) Tj.92 0 0 1 74.3952026 66.3420029 Tm/F0 12.5 Tf(Monsieur Alexis BALLY Co nseil ler c ommunal de Pul ly depuis 1990 dont ils garderont le souvenir d222une ) Tj25.23 0 Td(personnalit351 ) Tj52 0 Td(engag351e ) Tj37.39 0 Td(et l222\351coute ) Tj-252.8 -10.07 Td(de tous. Nous pr351sento) Tj34.66 0 Td(ns nos tr350s ) Tj16.85 0 Td(sinc350re) Tj27.88 0 Td(s condol351ance) Tj49.49 0 Td(s et toute notre sympathi e 340 sa famille et \340 ses proches.) TjET1 w0 j4 M0 J[] 0 d.5 .5 m265.9570007 .5 l265.9570007 107.2170029 l.5 107.2170029 lhSQQ

printpdf

24 Heures le 25 juin 2020

VQ Societes Bally Alexis LE CLUB ALPIN SUISSE SECTION DES DIABLERETS al eg rand regret de faire part du de Alexis BAILLY Membr ed el a Co mmis sion En vir onnemen t Il est rest351) Tj22.45 0 Td(fid350le) Tj25.05 0 Td(au CAS pendant 50 ann351es.) Tj.9078 0 0 1 5.2519999 48.0111008 Tm.5 Tc(Nous exprimon sn otr ev iv e sympathie af amille ainsi ses proches. Nous garderons de lui le souvenir d222un) Tj19.5 0 Td(camara de de club passionn351) Tj39.49 0 Td(.

Ecrire une condoléance

Christophe Botfield
Cher Alexis, Ton départ aussi rapide nous aura vraiment surpris. Tu as choisi la montagne, endroit que tu adores, pour quitter notre monde. Tu auras été très polyvalent dans tes activités professionnelles, politiques et sportives. Tout en continuant à naviguer après le Jeux Olympiques de Mexico, tu découvres la montagne. Ton travail à l’EPFL va te permettre de tester des fixations de ski dans toutes les pentes raides des Alpes. Ton travail politique aura amené de nouvelles visions sur les plans du canton et de ta commune. Souvent tes journées sportives te permettaient d’aligner de nombreux sports différents (escalade, ski, parapente, canoë, aviron, voile, cyclisme). On te souhaite bonne chance et on gardera de toi un souvenir lumineux ! Amitié Les membres du Groupe de haute montagne de Lausanne Christophe Botfield, Président du GHML


Maurice Cochand
Week-end prolongé au Val d'Orco, voiture bien chargée, matériel de grimpe, skis, planches à voile ... le temps était pourri, la neige aussi et le lac derrière le barrage était vide ... heureusement que tu avais aussi pris ton kayak! Grand négociateur longtemps avant la politique, tu as toujours trouvé un toit pour le matériel devant attendre ton retour aux quatre coins des Alpes. Mais encore, en tête d'une cordée de trois, tu as réussi sans que personne n'élève la voix à doubler une cordée doublant une cordée ... dans le dièdre de 75m aux Grandes Jorasses! Ou bien cette demande faite avec l'humilité malicieuse d'un nain de jardin: Tu l'as encore ce joli petit piolet que tu avais au Pérou? Retour du piolet la semaine suivante et suite du dialogue: T'as été où? Au Mt Blanc. Mais encore ... t'avais pas besoin de mon sarcloret pour aller faire la voie normale!? Ah ... j'étais à la face nord du Pilier d'Angle. Quelle voie? ... la Bonatti- Zapelli. Et avec qui??? ... ... ... Te voilà reparti en solo, alors bon vent Alexis, en attendant que tu nous en raconte un peu plus ... un tout petit peu plus.


Marcel Noverraz
Tant de bons souvenirs ne s’oublient pas ! Les sorties avec Alexis sont des souvenirs qui restent, avec souvent un fait marquant mémorable. En août 1983, cette voie directe française dans la face NNE à l’aiguille du Peigne pour laquelle il s’agissait de partir léger afin de ménager nos efforts. Tri du matériel et nous voilà en route avec cinq dégaines et une paire de crampons pour deux. Arrivés au glacier de Blaitière, libre de neige à cette époque de l’année, nous fixons tant bien que mal chacun un crampon sous une de nos baskets. On progressera en posant délicatement la basket sans crampon sur des pierres enchâssées dans la glace et en prenant rapidement appui sur le pied muni d’un crampon. La course se déroulera sans problème, comme prévu. Après l’ascension de O sole mio, au Grand Capucin, on s’octroie un pique-nique avec bain de soleil sur un bloc au col des Flambeaux. Une pièce de vêtement glisse au pied du bloc. Alexis enfile ses chaussures de skis pour aller récupérer la fuyarde. Le voilà en train de descendre sans penser qu’une fine couche de neige recouvrait de la glace vive. Démarrage fulgurant, debout, seulement vêtu d’un slip. Alexis s’arrêtera cinquante mètres plus bas, juste avant que la pente s’accentue. Alexis était un excellent skieur ! Une activité le même jour était souvent insuffisante. Après une journée d’escalade à la Pierre Avoi, il décide de redescendre dans la vallée en parapente. La météo, en cette fin de journée, est parfaite et le vent nul. Je l’observe, décollage parfaitement réussi. J’apprendrai le lendemain qu’en atterrissant dans la plaine du Rhône, Alexis avait fini empêtré dans les échalas d’un vignoble valaisan. À quelques mètres du sol, il s’était fait embarquer par un vent thermique… Alexis savait aussi ménager ses articulations, raison pour laquelle il se rendait au pied de l’Eldorado (Grimsel) en kayak. Bon plan: ce jour-là, on arrive en même temps au pied de la paroi, lui par le lac du Grimsel et moi à pied par le chemin. Après une belle journée d’escalade, Alexis se met à l’eau pour le retour. Hélas, entretemps, un vent contraire s’était levé. Il lui faudra près de quatre heures pour revenir. Les articulations vont bien mais les muscles font mal. Alexis aimait raconter ses aventures solitaires qui la plupart du temps relataient quelques péripéties qui lui étaient propres. Comme cette descente en kayak dans des eaux bouillonnantes, en postant au préalable une photographe pour immortaliser son exploit. Mais seul le kayak sans passager déboucha entre deux blocs pour terminer sa course au bas d’une cascade. La photo était ratée et Alexis arriva par la route. Ou un décollage trop rapide en parapente dans le massif du Mont Blanc, sans avoir eu le temps de récupérer son sac à dos. Il avisera le PGHM de son « oubli ». Celui-ci sera ramené quelques jours plus tard au PGHM de Chamonix où il ira le récupérer. Souvent la fin d’une ascension était fêtée par un air de flûte. C’était la flûte enchantée au pied d’une paroi. Sa flûte ne faisait pas partie du matériel à laisser pour alléger le sac à dos. Bon vent, Alexis, je ne t’oublierai pas.

print
 

À votre service

Annuaire professionnel

S'inscrire